Idées reçues sur les véhicules électriques

Dorian Swales

Content Manager
13/7/2022

De nombreuses personnes pensent que le véhicule électrique n’est pas la solution pour la mobilité de demain car trop polluant pour certains, manque d’autonomie pour d’autres, etc.

Beaucoup se centrent sur le C02 alors qu’il y a d’autres polluants qui sont nocifs pour la santé contrairement au CO2.

Le CO2

Selon une étude française réalisée par l’ONG Transport & Environnement, en Belgique, un véhicule électrique émet 65% en moins de C02 sur son cycle de vie que le thermique.

Demain, la durabilité des véhicules électriques s’améliorera encore grâce aux progrès de la technologie des batteries et au fait que davantage de batteries sont réutilisées pour le stockage de l’électricité ou recyclées.

Même dans un pays utilisant de l’énergie sale pour générer son électricité, le véhicule électrique sera toujours plus propre que le véhicule thermique.

Cette étude, publiée en 2020 par l’ONG Transport & Environnement, évalue la pollution des véhicules électriques en fonction du mix-énergétique de chaque pays.

Les NOx, particules fines, …

On oublie souvent de parler des polluants comme le dioxyde d’azote (NOx), les particules fines (PM2.5 ou PM10), les hydrocarbures imbrûlés, le monoxyde de carbone et le benzène. Le véhicule électrique n’émet aucun polluant à l’utilisation (sauf un peu de particules fines émises lors du freinage mais sont en moindre quantité grâce au freinage régénératif) alors que les véhicules thermiques émettent ces polluants constamment …

Une solution existe afin d’éviter que les pneus émettent des particules fines dans l’air : la captation de particules qui permet de stocker ces dernières dans un boîtier situé près des pneus au niveau du sol pour éviter qu’elles se libèrent dans l’air.

Chaque année, en Europe, ½ million de personnes décèdent prématurément de maladies causées par la mauvaise qualité de l’air qui provient principalement des véhicules thermiques.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que 7 millions de personnes décèdent chaque année dans le monde à cause de la pollution de l’air.
A savoir que les émissions du transport routier sont souvent plus nocives que les émissions d’autres sources car elles se produisent au niveau du sol et se trouvent le plus souvent dans les villes, proches de la population.

La batterie et le recyclage

Métaux rares, cobalt et lithium sont sujets à de nombreuses critiques.

Pourtant il n’y a aucun métaux rares dans la batterie des véhicules électriques. Les anciennes batteries en contenaient mais la technologie a évolué.
Certains moteurs électriques peuvent en contenir (moteurs à aimants permanents) mais on peut s’en passer. Il faut également souligner que 26% des métaux/terres rares utilisés servent en tant que catalyseurs dans l’industrie pétrolière et les véhicules thermiques …
Ces métaux ne sont pas rares mais sont juste présents en petites quantités dans la roche d’où le nom.

En ce qui concerne le cobalt, il est de moins en moins présent voire pas du tout dans les batteries notamment à cause du coût et du travail des enfants dans certaines mines (environ 10% des mines).

Actuellement, le lithium est le métal le plus important dans un véhicule électrique. Il représente seulement 2% de la masse d’une batterie.
Il est aujourd’hui soit extrait à partir de la saumure qui est évaporée grâce au soleil (aucun produit chimique n’y est ajouté, donc pas de pollution; possible utilisation d’eau potable mais aucune preuve formelle) ou soit à partir de certains minerais riches en lithium (spodumènes).
La majorité du lithium utilisé dans le monde et dans les batteries proviennent de mines dans lesquelles la technique d’extraction ne nécessite pas de pompage d’eau.
Le lithium est principalement extrait en Australie, au Chili et en Chine mais également au Portugal (8ème pays contenant les plus grandes réserves de lithium). De nouveaux gisements sont découverts dans le monde et donc des projets d’extraction de lithium émergent de plus en plus. Selon les prévisions et en tenant compte de la croissance rapide du véhicule électrique, ses réserves sont estimées à 900 ans. A distinguer les «ressources» qui sont les quantités connues, des «réserves» qui sont les quantités commercialement exploitables. Un jour, le lithium pourra être remplacé par un autre composant (batterie au graphène, sodium, magnésium et silicium actuellement en développement).

Quant au recyclage, aujourd’hui, les batteries sont 95% recyclables ! Les métaux ne perdent pas leurs qualités et leurs propriétés. Ils peuvent être réutilisés à l’infini, être remis dans le circuit.

Il y a assez de métaux pour construire des véhicules électriques à grande échelle mais le recyclage est important.

Autonomie, consommation et recharge

Aujourd’hui, on trouve de plus en plus de véhicules avec une autonomie entre 300 et +600km (WLTP).

Un trajet sur autoroute ne pose pas de problème à condition de regarder la consommation sur autoroute du véhicule (kWh/100km).
De plus en plus de véhicules possèdent une pompe à chaleur afin d’éviter d’utiliser la batterie pour se chauffer, etc.

Les bornes de recharges sont de plus en plus nombreuses et proposent des charges à haute puissance (jusqu’à 350kW) de quoi recharger son véhicule en 20-30 minutes (10 à 80%).

Prix

Les véhicules électriques sont de moins en moins chères grâce à une plus forte demande et à l’amélioration de la technologie (batteries, moteurs, etc.).

La recharge n’est pas chère et il faut très peu d’entretien.

Le véhicule le plus abordable (Dacia Spring) est disponible pour environ 15 000 € tout en ayant une autonomie correcte pour son gabarit (230km en mode mixte et 305km en mode urbain).

Quid de l’hydrogène ?

L’hydrogène présente malheureusement de nombreux inconvénients.

L’hydrogène est seulement utile pour produire de l’acier vert et de l’engrais.

Rendement énergétique d'un véhicule électrique et à hydrogène

Conclusion

Le véhicule électrique semble une évidence pour remplacer le véhicule thermique polluant vers une solution bien plus écologique et logique.

Bien évidemment, pour avoir le véhicule le plus propre possible, il ne faut pas oublier aussi que la source d’énergie utilisée pour recharger son véhicule électrique, doit être la moins polluante possible comme le solaire, l’éolien et le nucléaire.
S’il peut y avoir des inconvénients, ils seront vite résolus grâce à l’évolution technologique fulgurante.

Sources